COMMUNIQUÉ

Pour diffusion immédiate

 

Les experts de COVID Stop demandent la fermeture des écoles et le

reconfinement immédiat du Grand Montréal

 

Montréal, le 2 avril 2021 – Le collectif COVID-STOP demande que la décision annoncée le 31 mars de renforcer les mesures sanitaires dans différentes régions du Québec s’applique rapidement et de la même manière dans le Grand Montréal. Le taux de circulation du virus est déjà très important dans le Grand Montréal, et la proportion des nouveaux cas d’infection liés aux variants ne cesse d’augmenter. « Les variants sont plus contagieux et il faudra un confinement plus long et plus strict que lors des vagues précédentes si nous tardons à les contrer. Étant plus transmissibles, ils entraînent un risque d’hospitalisation accru et plus d’admissions aux soins intensifs chez les jeunes adultes, et ont le potentiel de générer une nouvelle hausse des personnes atteintes du syndrome post-COVID. Il faut agir dès maintenant » explique le Dr Amir Khadir, microbiologiste-infectiologue à l’Hôpital Pierre-LeGardeur.

 

« L’orientation qui a été prise pour contrer la propagation du virus nous semble pertinente : fermeture de certains lieux qui risquent de générer de la transmission (gymnases, restaurants, commerces non essentiels…), et aussi, fermeture temporaire des écoles. Il est cependant crucial que ces mesures s’accompagnent d’actions musclées pour permettre une réouverture sécuritaire de ces lieux en planifiant, d’une part, des dépistages massifs par tests rapides salivaires chez les élèves et les membres du personnel avant le retour en classe, et d’autre part, une optimisation de la ventilation dans ces différents établissements » insiste Nancy Delagrave physicienne et coordinatrice scientifique de COVID Stop.

 

En effet, les preuves que le virus se transmet de façon prédominante par l’air partagé dans des lieux clos et mal ventilés sont accablantes. Une ventilation accrue et des masques plus efficaces et bien ajustés sont encore plus nécessaires avec l’arrivée des nouveaux variants plus transmissibles. « Tant que les mesures sanitaires ne privilégieront pas la ventilation et la filtration de l’air, elles seront vouées à l’échec ou à des demi-succès à forts coûts économique et psychologique » poursuit la Mme Delagrave.

 

« Pour entrevoir la lumière au bout du tunnel, il faut s’assurer de contrôler rapidement la propagation de la COVID-19 et de ses nouveaux variants. Pour que l’économie reprenne, pour que la vie culturelle reprenne, pour que les enfants puissent recommencer à apprendre dans des conditions plus favorables, il faut que la réplication virale soit minimale voire supprimée » affirme la Dre Marie-Michelle Bellon, spécialiste en médecine interne affectée à l’unité COVID de l’Hôpital Notre-Dame.

 

Des pays hautement plus vaccinés que nous, comme le Chili par exemple, connaissent présentement une hausse des  hospitalisations aux soins intensifs parce qu’ils ont relâché les mesures trop hâtivement. « Nous ne pouvons pas sauter d’étapes dans la réduction massive de la transmission. Il faut passer par la ventilation, le dépistage massif, l’isolement et le traçage. Plus nous laissons le virus se multiplier, plus nous encourageons la propagation de nouveaux variants capables de déjouer l’immunité et les vaccins approuvés» conclut le Dr Vincent Bouchard-Dechêne, spécialiste en médecine interne affecté à l’Unité des soins intensifs de l’hôpital Notre-Dame.

 

COVID-STOP 

Le collectif COVID-STOP réunit des médecins et des scientifiques engagés dans la recherche de données et la synthèse de connaissances afin de mieux comprendre, évaluer et proposer des interventions visant à freiner la pandémie de COVID-19. Au printemps dernier, les pressions du groupe ont poussé le gouvernement à imposer le port du masque dans les lieux publics fermés par la population générale.

 

– 30 –

 

SOURCE

COVID Stop

 

INFORMATIONS

Gabrielle Arguin | gabrielle@molotov.ca | 450-806-033